SebastiánVielmas

APG Annual Report 2018-2019

It has been an amazing year for the Americas Policy Group (APG) and its members. As such, we are proud to present the APG 2018-2019 Annual Report highlighting the work of its 29 members. It includes the group’s main activities, list of members and financial report.

Among all the milestones that we have reached, we can highlight the following collective work of the APG:

Government relations & policy advocacy:

  • Ongoing monitoring, policy recommendations and advocacy for sustainable development, human rights and social justice in Guatemala, Honduras, Mexico, Colombia and Haiti;
  • Held eight (8) consultation and briefing meetings with Global Affairs Canada’s Americas Branch and its North America, Central America, Latin America & Caribbean Bureaux;
  • Held four (4) briefing meetings with diplomatic representatives from Canadian missions in Colombia, Guatemala, Honduras, Peru & Bolivia while in Canada;
  • Guatemala: sent a letter of concerns to Canada’s Minister of Foreign Affairs regarding the alarming government’s withdrawal of the UN International Commission against Impunity in Guatemala (CICIG) and on the disturbing escalation of assassination of land and human rights defenders;
  • Honduras: denounced the situation of prisoners and human rights crisis in Honduras;
  • Mexico: participated in consultation with Global Affairs Canada’s North America Strategy Bureau regarding the “Canada-Mexico Human Rights Bilateral Dialogue” for the upcoming 3rd edition to be held in Ottawa in 2019. Recommendations include proposals to increase Mexican CSOs participation in the process. Click here to read the APG 2019 recommendations;
  • Colombia: engaged with Global Affairs Canada’s South American bureau and strongly recommended for the reform of the “Canada-Colombia FTA Human Rights Report” ;
  • Haiti: participated with AQOCI on a regional forum on Haiti to enhance greater coordination with the APG on policy and advocacy. Held an introduction meeting with GAC’s Haiti division;
  • Facilitated the APG perspective to Global Affairs Canada ongoing consultation on its “Voices at Risk –Canada’s Guidelines on Supporting Human Rights Defenders”.

Parliamentary relations

  • Hosted a roundtable with Members of Parliament of the Canadian section of ParlAmericas and Women land defenders resisting extractivism in Latin America.
  • APG co-chair, Steve Stewart, testified at the House of Commons’ Standing Committee on Citizenship and Immigration as an expert witness on migration in Latin America. Listen testimony here or Read transcript here.

Member-led Annual Meeting & Activities

  • Held its general meeting in Montreal, attended by 35 participants from 25 organizations;
  • Launched a new subgroup on Haiti;
  • Supported the launch of the training manual “Implementing a Human Rights Based Approach” with CCIC and Equitas.

Sector-wide campaign

Click here to download the APG 2018-2019 Annual Report.

Original post published on June 3, 2019, at CCIC website: https://ccic.ca/apg-annual-report-2018-2019/ 

Nuttall presents petition on human rights detentions in Honduras

MP Alex Nuttall, centre, after presenting a petition calling for urgent intervention in the case of Edwin Espinal of Honduras, with, from left, Laura Avalos of the Canadian Council for International Cooperation, Christine Nugent of the Simcoe County Honduras Rights Monitor, Janet Spring, Espinal’s mother-in-law, and Sebastian Vielmas, also of the Canadian Council for International Cooperation.

On Wednesday February 20, Barrie—Springwater—Oro-Medonte MP Alex Nuttall presented an e-petition to the House of Commons, stating:

“Mr. Speaker, it is certainly my honour today to present a petition on behalf of the residents in Barrie—Springwater—Oro-Medonte, specifically Elmvale, regarding the status of human rights in Honduras, as well as the treatment of Edwin Espinal, spouse of Karen Spring, of Elmvale, Ontario. The petitioners call on the government to act immediately.”

Link to video

Espinal has been held on trumped-up charges for over a year in horrific conditions in the La Tolva prison in southeastern Honduras.

The petition, signed by 949 people, stated:

Whereas:

The November 26, 2017, election in Honduras has been recognized as having many irregularities;
The election was condemned by the Organization of American States, the United Nations High Commissioner for Human Rights, and the European Union Electoral Observation Missions, which reported voting irregularities, errors and systemic problems in the electoral process;
The Juan Orlando Hernandez government responded with a massive crackdown and the abolition of human rights as Hondurans protested the election;
The Hernandez government has denied all political prisoners due legal process;
The UN High Commissioner for Human Rights reported that Honduran security forces used excessive, lethal force and extra-judicial killings to control and disperse protests;
Foreign Affairs Minister Chrystia Freeland, has called upon Honduran authorities to reinstate constitutional rights and guarantees, and uphold democratic principles, human rights and rule of law; and
The United Nations and Amnesty Canada has called upon Honduran government to release and drop all trumped-up charges against Edwin Espinal.
We, the undersigned, Simcoe County Honduras Rights Monitor and citizens of Canada, call upon the House of Commons to:
1. Stand by its stated position supporting human rights and rule of law in Honduras;
2. Urgently intervene in the case of Edwin Espinal, spouse of Karen Spring of Elmvale, arrested January 19, 2018, on trumped-up charges in the wake of popular protests; and
3. Immediately ensure that the Hernandez government release Espinal and four other political prisoners (Raul Alvarez, Jose Godinez, Edy Gonzalo, Gustavo Caceres) still held in inhumane maximum-security military prisons in Honduras, and drop all charges against 22 political prisoners detained (17 released, 5 remain in prison).

Original post posted on February 20, 2019 at Aware Simcoe website: http://aware-simcoe.ca/2019/02/nuttall-presents-petition/

Mexique: comment le nouveau président a-t-il pu avoir une telle performance électorale?

Il n’y a pas longtemps, on aurait dit que c’était impossible. Pour comprendre comment on est arrivé à cette situation, il faut saisir le contexte de l’élection du 1er juillet passé.

Il n’y a pas longtemps, on aurait dit que c’était impossible. Pourtant, Andrés Manuel López Obrador (appelé «AMLO» par ses initiales) a été élu président du Mexique, à sa troisième tentative, avec une écrasante majorité. Il bénéficiera d’une majorité au parlement et sa coalition de partis («Ensemble, nous ferons histoire») a obtenu 6 des 9 postes de gouverneur en dispute. De plus, les adversaires d’AMLO ont rapidement reconnu leur défaite, ce qui n’est pas habituel au Mexique. Pour comprendre comment on est arrivé à cette situation, il faut saisir le contexte de l’élection du 1er juillet passé.

La faiblesse du système électoral mexicain

Pour comprendre la faiblesse du système électoral mexicain, il faut se rappeler d’abord que plusieurs élections ont fini sous l’ombre d’accusations de fraude. En effet, deux élections récentes ont été particulièrement controversées: en 1988, «le système est tombé en panne» alors que Cuauhtémoc Cárdenas, le candidat de l’opposition, du centre gauche, remportait l’élection. Mais c’est bien Carlos Salinas de Gortari, du PRI (Parti révolutionnaire institutionnelle), qui a finalement été déclaré vainqueur par les autorités électorales.

En 2006, le même AMLO a été vaincu par une étroite marge par Felipe Calderón du PAN (Partido de Acción Nacional), de droite, et constituant déjà le gouvernement. AMLO et les partis qui l’ont soutenu ont dénoncé la fraude électorale et ont organisé une cérémonie pour qu’il y joue, symboliquement, le rôle de «président légitime».

Une machine qui assure le pouvoir

L’autre point à considérer est que pendant 71 ans, le PRI a gouverné le pays sous un régime qui permettait au président en place de choisir son successeur, une pratique clairement en contradiction avec les règles de la démocratie. Avec le temps, le PRI est devenu une machine à assurer le pouvoir et son idéologie, qui consistait à l’origine en un nationalisme redistributif, a muté jusqu’à soutenir les politiques de libre-échange et de libre marché lors des années ’80 et ’90.

C’est en 2000 qu’un premier transfert pacifique de pouvoir a eu lieu entre le PRI et un parti d’opposition, le PAN, qui avait Vicente Fox comme président. Le PAN restera au pouvoir jusqu’en 2012, avec Felipe Calderón comme président après une élection fort controversée. Pourtant, cette alternance de partis n’a pas entraîné un changement significatif des politiques: les politiques du libre-marché, mariées à l’exclusion sociale et la corruption, ont été maintenues.

La guerre contre le trafic de drogue

Toutefois, la situation de la sécurité publique au pays s’est gravement détériorée. En conséquence, le président Calderón a déclaré en 2006 la «guerre contre le trafic de drogue», impliquant ainsi les forces armées dans la sécurité intérieure. Loin de résoudre le problème de la violence et du trafic de drogue, la situation s’est aggravée.

À partir de 2012, avec le retour du PRI au pouvoir, sous la direction d’Enrique Peña-Nieto, la situation a semblé légèrement se stabiliser. Néanmoins, 2017 aura été l’année la plus violente en deux décennies au Mexique. Il a même été calculé que la «guerre» mexicaine avait laissé plus de morts que lors des conflits en Irak et en Afghanistan, combinés.

En ce qui concerne l’économie, les dernières années n’ont pas été non plus positives: entre 2008 et 2016, la pauvreté est passée de 49,5 à 53,4 millions de Mexicains. Par ailleurs, le pays se trouve parmi les plus inégaux du monde: les 10 personnes les plus riches du Mexique accumulent la même richesse que 50% de la population.

AMLO représente l’espoir d’un profond changement

Dans ce contexte de violence causée notamment par la guerre contre le trafic de drogue, d’augmentation de la pauvreté et d’énormes inégalités, AMLO incarne une proposition de changement profond du Mexique.

En effet, son discours se concentre sur la lutte contre la corruption et la lutte contre les inégalités. Pourtant, les attentes sont aussi élevées que les urgences sociales, traînées depuis des décennies. Ainsi, à sa troisième tentative, AMLO arrive à la présidence, sous la bannière de son nouveau parti MORENA (Mouvement de régénération nationale), qu’il a fondé après avoir quitté le traditionnel parti de la gauche mexicaine PRD (Parti de la révolution démocratique), allié cette fois-ci aux conservateurs du PAN. Mais celle-ci n’est pas la seule coalition qui semble contre-intuitive: AMLO s’est présenté en coalition avec un parti de la droite évangélique, le PES (Parti rencontre sociale), ce qui ouvre d’autres questions sur comment la gauche et la droite évangélique peuvent cohabiter dans le même gouvernement de coalition.

On peut s’attendre à ce que le gouvernement d’AMLO se rapproche plus de celui de Lula, que de Chavez ou Maduro.

Pour l’instant, il est difficile à savoir comment AMLO va tenir ses promesses de campagne, car ses discours et son plan gouvernemental sont remplis de généralités. Par exemple, dans le passé il s’est montré très critique à propos de l’ALENA, mais il se montre plus conciliant dorénavant et il n’offre aucune certitude quant à sa position avant la renégociation du traité.

Portrait de ce porteur d’espoir

Souvent qualifié de gauche et de radical, à l’instar de Hugo Chávez, AMLO est un homme politique qui a une vaste expérience de gestion. Il est à noter qu’au début des années 2000, il était à la tête de la ville de Mexico, poste grâce auquel il a démontré son style pragmatique et son souci pour les questions sociales, comme avec ses programmes de redistribution sociale. En ce sens, on peut s’attendre à ce que le gouvernement d’AMLO se rapproche plus de celui de Lula, que de Chavez ou Maduro.

Qu’est-ce qui va changer? Qu’est-ce qui restera pareil? Pas évident de répondre. Cependant, une chose est certaine: il devra faire plus qu’un bon gouvernement pour surmonter les crises auxquelles le Mexique est confronté.

 

Article original au Québec Huffington Post publié le 31 juillet 2018 : https://quebec.huffingtonpost.ca/entry/mexique-amlo-president-morena-elections_qc_5cccbb23e4b089f526c6a4cd

La démocratie brésilienne à la lumière de la détention de l’ex-président Lula

Les menaces actuelles à la démocratie sont plus subtiles et plus difficiles à affronter.

La récente incarcération de l’ancien président Luis Ignacio «Lula» Da Silva constitue une synthèse des enjeux et de l’état de la démocratie brésilienne. Les scandales de corruption ont érodé le système politique et sa légitimité. De hauts dirigeants politiques ont été incriminés sur la base de la fort controversée «dénonciation récompensée». Par ailleurs, quelques heures avant que la Cour rende sa décision sur la liberté de Lula, les militaires ont posé des gestes ambigus concernant leur rôle dans l’ordre démocratique du pays. Sans Lula, et à seulement six mois de l’élection présidentielle, le scénario politique est incertain. Les forces politiques s’atomisent et le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro devient le candidat ayant le plus d’appuis électoraux.

Protagoniste d’une émergence économique et d’une projection internationale remarquable pendant la première décennie des années 2000, le Brésil a inspiré toutes sortes d’analyses sur la construction d’un espace sud-américain, ainsi que d’instances de gouvernance internationale telles que les BRICS, — acronyme de Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique de Sud —. Pourtant, aujourd’hui, le pays témoigne d’une profonde crise politique et les scandales de corruption d’Odebretch et de Petrobas en constituent une bonne synthèse. Si le premier montre le visage peu connu du succès des « multilatinas » brésiliennes — ayant d’ailleurs des répercussions dans toute l’Amérique du Sud —, le deuxième a secoué tous les dirigeants brésiliens, tant politiciens qu’entrepreneurs. Ce cocktail explosif aura coûté le poste à la présidente réélue Dilma Rousseff, du Parti des Travailleurs (PT) en 2016.

Sans incrimination de corruption, Rousseff a été destituée par des parlementaires qui étaient eux-mêmes touchés directement par les scandales de corruption. La destitution a été basée sur des accusations de «comptabilité créative» des comptes fiscaux, une pratique répandue parmi les présidents antérieurs et légalisée à peine quelques jours après l’impeachment (Loi 13 332/16). Depuis sa destitution, le vice-président Temer (du parti centriste et attrape-tout « Mouvement démocratique brésilien »), ancien allié de Rousseff, est à la tête du pays, en dépit d’avoir été formellement accusé de corruption.

Les élections présidentielles de 2018 approchent, et compte tenu climat politique moribond, Temer ne se présente pas à la réélection. Lula da Silva, leader du PT et deux fois président de la République (200-2010), est en tête dans tous les sondages pour les élections d’octobre avec 35 % d’intention de vote. Pourtant, la Cour d’appel a maintenu le jugement rendu en première instance qui l’a condamné à l’emprisonnement en lien avec l’acquisition d’un appartement supposément reçu en rétribution des appels d’offres gagnées par l’entreprise OAS.

La principale preuve contre Lula est basée sur le témoignage d’un homme d’affaires qui a bénéficié de la controversée «dénonciation récompensée» — recours procédural permettant aux accusés de corruption de profiter de réductions de peines et d’autres bénéfices s’ils dénoncent l’implication dans l’affaire d’autres personnes de plus haut rang.

Cette condamnation entraîne également l’interdiction de participer à la course électorale. Le 5 avril dernier, Lula a présenté, sans succès, une demande d’habeas corpus au Tribunal supérieur afin d’attendre en liberté que sa dernière demande d’appel soit traitée par ce même tribunal.

La dépendance du PT à la popularité de Lula illustre la fragilité du système partisan au Brésil. Il est habituel que les parlementaires changent de partis et que les alliances électorales qui sont forgées ne soient pas cohérentes idéologiquement. En effet, récemment, Lula a défendu des alliances régionales avec le MDB lui-même, parti qu’il accusait auparavant d’être putschiste, pour son rôle dans l’impeachment de Rousseff.

Par ailleurs, quelques heures avant que le Tribunal supérieur se prononce sur la demande d’habeas corpus, le général Villas Boas, responsable de l’Armée, a déclaré que son institution partageait le «rejet de l’impunité» de la population. Les propos du général portent à confusion au sujet du rôle institutionnel des forces armées, car ils semblent soutenir l’arrestation de Lula. La directrice d’Amnistie internationale Brésil, Jurema Werneck, a soulevé que ce gazouillis semble représenter une pression et une menace à la Cour suprême brésilienne.

Tout cela a nourri la notoriété de Jair Bolsonaro du Parti social-chrétien (PSC), qui est deuxième dans les sondages (17 %). Ancien capitaine d’artillerie, Bolsonaro est connu pour ses propos controversés. En effet, il s’est exprimé en faveur de la peine de mortdes punitions corporelles contre les enfants qui présentent des tendances homosexuelles, de la dictature militaire et contre l’union civile de personnes de même sexe. Bolsonaro obtient des taux de rejet élevés dans les sondages d’opinion. En même temps, dans un scénario électoral sans Lula et avec une forte dispersion de candidats, Jair Bolsonaro augmente ses chances de gagner l’élection, ou au moins de se rendre au second tour.

Il y a quelques décennies, le grand défi de la démocratie latino-américaine était la menace des coups d’État et la soumission des forces armées à l’autorité civile démocratiquement élue. Actuellement, les menaces à la démocratie sont plus subtiles et plus difficiles à affronter : inégalités de revenus élevés, corruption, systèmes de partis faibles et des systèmes judiciaires politisés. La taille du Brésil semble accentuer l’ampleur de ces défis. Il reste à voir si la société brésilienne sera capable de bâtir un chemin pour les surmonter.

Sebastián Vielmas au Burkina Faso

Publication original au site web du Département de science politique de l’Université Laval: https://www.fss.ulaval.ca/actualites/sebastian-vielmas-au-burkina-faso

 

Sebastián Vielmas, étudiant à la maîtrise en science politique, a agi à titre de facilitateur lors du Programme de formation de l’Académie internationale de plaidoyer pour l’apprentissage tout au long de la vie (IALLA) du Conseil international d’éducation des adultes (ICAE) qui s’est tenu au Burkina Faso du 8 au 18 novembre dernier.

En collaboration avec Christophe Aguiton et Katarina Popović, Sebastián a facilité la seconde thématique de la formation qui fut consacrée à la société civile. Il a fourni des concepts de base relatifs à la société civile, l’État et l’interaction entre ces deux acteurs, pour dresser un historique de l’évolution de la société civile. Une attention particulière a été accordée aux nouveaux mouvements sociaux qui émergent de manière spontanée et qui sont basés sur l’action d’individus mobilisés, hors des grandes organisations traditionnelles. Enfin, les grands acteurs internationaux, que sont l’UNESCO, la Banque mondiale et l’OCDE, ont aussi été analysés dans cette seconde thématique, car ils constituent des forums majeurs d’intervention de la part de la société civile mondiale.

Sebastián avait également participé à l’édition 2014 de l’IALLA qui avait eu lieu en Jordanie.

FROM COMMITMENT TO ACTION: the crucial role of adult learning and education to address current crises

The Civil Society Forum “Education 2030: From Commitment to Action” organized by ICAE, friends and partners, in the framework of the CONFINTEA VI Mid-Term Review in Suwon 24 October, looked at civil society’s contribution to securing the right to education and lifelong learning for youth and adults. 

 

For civil society, this gathering offered the possibility to appraise the challenges and opportunities related to adult education and learning in the current context, profile the importance of adult learning and education in the new global education and development agenda, and confront the challenges related to its implementation on both the national and the global levels. The CSF looked at the Belém Framework for Action (BFA) and UNESCO´s Recommendations for Adult Learning (RALE) and how these can reinforce the commitment to the universal right to education and learning and how it can support the achievement of other SDGs.

In order to appraise progress in the implemtation of the Belém Framework for Action, it was discussed what can be celebrated, what are the enabling factors and which recommendations can be formulated, based on regional reports.

Based on the three thematic areas of RALE:

  • Literacy and basic skills
  • Professional development and vocational skills
  • Liberal/popular/community education and active citizenship skill,

The participants of the Forum analyzed these regional discussions and developed a global synthesis from the perspective of civil society organisations.

The Civil Society Forum was also organized as a platform for civil society to strategize on its advocacy within the MTR processes and other related education and development policy arenas. A Civil Society Statement for the CONFINTEA VI Mid-Term Review was formulated and distributed.

It is available in English, in Spanish and in French.

 

Original post published on October 25, 2017, at ICAE website: http://icae.global/en/2017/10/from-commitment-to-action-the-crucial-role-of-adult-learning-and-education-to-address-current-crises/

Quel avenir pour le mouvement altermondialiste ?

Participation d’ATTAC-QuébecVendredi 18 août 2017 13:00-15:30

PAVILLON DE SÈVE À L’UQÀM

320 SAINTE-CATHERINE EST, SALLE DS-M340

Bonjour,

ATTAC-Québec organise un atelier intitulé Quel avenir pour le mouvement altermondialiste ? dans le cadre de l’Université populaire des Nouveaux cahiers du socialisme (NCS) qui aura lieu les 17, 18 et 19 août prochains, à l’UQÀM. L’atelier se tiendra le vendredi 18 août à 13 h, au Pavillon de Sève à l’UQÀM, 320 Sainte-Catherine Est, salle DS-M340.

Controversé, le FSM de Montréal l’a été avant, pendant et après. Tenir un FSM devient donc un défi plus ambitieux, alors que les obstacles sont plus lourds dans une conjoncture internationale à contre-courant. Il revient à l’ensemble des mouvements sociaux qui soutiennent le mouvement altermondialiste à se poser la question de son avenir, des formes qu’il doit prendre et des pratiques nouvelles qu’il peut développer, dans le respect du projet inclusif et rassembleur. L’altermondialisme a-t-il un avenir ? Le FSM 2018 de saura-t-il offrir une réponse à la question ? La formule des FSM a-t-elle fait son temps ? Comment renouer avec les mobilisations anti-systémiques du tournant du siècle ? Quels gestes doivent être posés pour le changer ?

Nous lançons un appel à toutes et tous, artisans québécois du mouvement altermondialiste, à venir en débattre avec nos panellistes. Nous avons réuni un panel qui permettra de débattre de la question sous différents angles. La formule vise à faire une grande place aux échanges.

Nous vous invitons à signaler votre présence à la page FB mise en place pour cet atelier et à réserver votre billet sur Eventbrite, afin que nous puissions conserver votre adresse courriel et mieux préparer l’événement. Nous vous invitons à faire connaître l’événement et à le partager.

Au plaisir de vous rencontrer le 18 août,

Claude Vaillancourt, président d’ATTAC et Ronald Cameron, membre du CA d’ATTAC

(Entrée libre)

 

Parmi les personnes qui ont accepté de prendre la parole, on retrouve :

  • Chistophe Aguiton, membre de la commission internationale d’ATTAC, un des responsables de la mobilisation à la COP 21 et auteur de « La gauche au 21e siècle »
  • Ronald Cameron, membre du conseil d’administration d’ATTAC-Québec
  • Pacale Dufour, professeure à l’Université de Montréal et spécialiste des mouvements sociaux
  • Carminda MacLorin, co-coordonnatrice du Collectif d’organisation du FSM de Montréal et membre fondatrice du Collectif pour une Transition Sociale Mondiale
  • Emilio Taddei, membre du Groupe d’études sur l’Amérique Latine et les Caraibes (GEAL). chercheur d’un institut de recherche qui participe à la Coalition Argentina Mejor sin TLC (Une meilleure Argentine sans accord de libre-échange)
  • Sebastian Vielmas militant étudiant au Chili et au Québec, responsable de la mobilisation au Conseil international pour l’éducation des adultes, un organisme membre du CI du FSM.

 

Article original publié sur le site d’ATTAC Québec : https://www.quebec.attac.org/?quel-avenir-pour-le-mouvement

L’ICAE participe dans la séance d’informations et d’échanges sur la Conférence de Bilan de Mi-Parcours de CONFINTEA VI organisée par l’ICÉA et la CDÉACF

L’ICAE participe dans la séance d’informations et d’échanges sur la Conférence de Bilan de Mi-Parcours de CONFINTEA VI organisée par l’ICÉA et la CDÉACF.

L’ICAE, à travers de son agent responsable des membres et de la mobilisation, Sebastián Vielmas, a participé aujourd’hui, mercredi 14 juin, à la séance d’informations et des échanges sur la Conférence de Bilan de Mi-Parcours de CONFINTEA VI organisé par l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes et le Centre de documentation d’éducation des adultes et de la condition féminine.
Daniel Baril, le directeur général de l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA), a réalisé une introduction et une présentation de la déclaration de CONFINTEA VI.
La Commission canadienne de l’UNESCO a été représentée par Isabelle Levert-Chiasson, qui a présenté le travail de la Commission au sein de l’UNESCO et de CONFINTEA.
La convergence des agendas de CONFINTEA et d’éducation des adultes et des Objectifs de développement durable a été un de points soulevés pendant la séance d’informations et d’échanges.
Sebastián Vielmas a souligné l’importance que l’on assigne comme ICAE à la participation de la société civile et des mouvements sociaux pour plaider en faveur de l’éducation des adultes comme objectif en soi et comme moyen pour accomplir les Objectifs de développement durable.

 

ICAE participates in the meeting of information and exchanges on the CONFINTEA VI Mid-Term Review 2017 organized by the ICÉA and the CDÉACF. 

ICAE, through its membership and mobilization officer, Sebastián Vielmas, participated today, Wednesday, 14 June, at the meeting of information and exchanges on CONFINTEA VI Mid-Term Review 2017 organized by the l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes and the Centre de documentation d’éducation des adultes et de la condition féminine.
Daniel Baril, the Director General of the Institute of Co-operation for the education of adults (ICÉA), has conducted an introduction and a presentation of the Declaration of CONFINTEA VI.
The Canadian Commission for UNESCO was represented by Isabelle Levert-Chiasson, who presented the work of the Commission within the framework of UNESCO and CONFINTEA.
The convergence of agendas of CONFINTEA and adult education and the Sustainable Development Goals (SDG) has been one of the points raised during the meeting of information and exchanges.
Sebastián Vielmas stressed the importance that ICAE assigns to the participation of civil society and social movements to plead in favour of the education of adults as a goal in itself and as a means to accomplish the objectives of sustainable development.

 

Original post published on June 14, 2017, at ICAE website: http://icae.global/en/2017/06/the-icae-participates-in-the-meeting-of-information-and-exchanges-on-the-confintea-vi-mid-term-review-2017-organized-by-the-icea-and-the-cdeacf/

ICÉA celebrates its 70th anniversary

The Institut de co-operation pour l’éducation des adultes (ICÉA) organised a cocktail party on Wednesday 24th May in order to celebrate its 70th anniversary at Montréal.

The ICÉA community, and the broader Québécois and French-speaking Canadian adult education community, toasted for an organisation that spans generations and political context in order to advocate for the right to lifelong education.

ICAE Secretariat was represented in the event by Sebastián Vielmas, the Membership and Mobilisation Officer of ICAE. Sebastián was able to convey the greetings of the Secretary General of ICAE, Katarina Popovic, and the entire team to Daniel Baril, the current Directeur-Général of ICÉA.

ICÉA is a key ICAE member that participates actively in the international scene. In the last years, ICÉA was the organiser of the last ICAE General Assembly 2015 in Montréal and the main partner of ICAE for the last International Academy of Lifelong Learning Advocacy in Burkina Faso in 2016.

Original post published on May 24, 2017, at ICAE website: http://icae.global/en/2017/05/icea-celebrates-its-70th-anniversary/

Forging Solidarity: Popular Education at Work

Sebastián Vielmas, another author, outlines how the Chilean student movement worked to transform the acceptance of student debt as a private burden into a movement for the right to education. “A fair system allows everyone to study without becoming indebted and part of that challenge is to get mainstream media, students, families, politicians and all society to enter a debate”.

Originally published on May 21, 2019, on Sunday Independent (South Africa), page 9.

English (Canada)
Français du Canada English (Canada)